lundi 11 janvier 2010

Morteau lentilles

Bonjour aujourd'hui un petit plat de saison et de tradition, tout simple, que nous faisons parfois à la maison.

Pour 6 gourmands :
3 saucisse de morteau
500gr de lentilles verte du puy
1 oignon
1 carotte
3 gousse d'ail
de l'huile (tournesol)
2 clou de girofle
1 bouquet garnie (1 feuille de laurier une branche de thym, une branche de persil)
sel et poivre


Laver les lentilles à l'eau froide, éplucher, laver, émincer l'oignon la carotte et l'ail, faite revenir dans la cocotte avec un peut d'huile, sans colorer, ajouter les lentilles, mouiller avec 3 fois leur volume d'eau, ajouter le bouquet garni et les 2 clous de girofle, faite cuire 40mn environ et assaisonner vos lentille en fin de cuisson (si vous saler vos lentilles en début de cuisson elles auront tendance a se réduire en purée au fur et à mesure de la cuisson).
Piquer vos saucisses de morteau et mettez les dans une casserole remplie d'eau froide, porté à ébullition, laisser frémir pendant 10mn, puis placer vos saucisses dans la cocotte avec vos lentilles, laisser recouvert jusqu'au moment de servir. Bon appétit.







Saucisse de Morteau

Saucisse de Morteau fumée

La saucisse de Morteau, appelée également la « Belle de Morteau », est une saucisse fumée de manière traditionnelle dans des tuyés dans la region de Morteau dans le Doubsen Franche-Comté.

À l'origine elle était produite sur les plateaux et montagnes du massif jurassien du Haut Doubs à une altitude supérieure à 600 mètres. La ville de Morteau se retrouve précisément au centre de l'aire traditionnelle des tuyés.

Saucisse de Morteau

La saucisse de Morteau est produite à partir de porcs comtois, parce que dans cette région de montagne le porc est engraissé traditionnellement. Anciennement pour avoir le label saucisse de Morteau, il fallait que ce produit soit fumé 48 heures au moins à la sciure de bois de résineux et genévrier exclusivement dans le « tuyé ». Il ne cuit pas car la combustion lente est accompagnée d'un fort courant d'air.

La saucisse de Morteau se reconnaît à la cheville de bois qui en obture une extrémité et la médaille qui fait mention de son fabricant.

Depuis 2006 une demande d'IGP est formulée sur ce produit. La notion de « véritable » a disparue, tout comme l'obligation d'altitude et de fumage en tuyé. La zone de production a ainsi été étendue à la seule Franche-Comté en totalité, incluant ainsi les salaisonniers de la plaine afin de clarifier le marché et les situations conflictuelles entre fabricants « du haut » et ceux « du bas ».

Elle bénéficie toujours de sa cheville de bois caractéristique ainsi que de son écusson portant les mentions de son fabricant, seule personne habilitée à la fabriquer, ce dernier respectant alors un cahier des charges strict dont l'association A2M est garante par le biais de sa politique de défense et de promotion des produits de Franche-Comté.

La « cousine » de la saucisse de Morteau, la saucisse de Montbéliard, bénéficie elle aussi de cette démarche IGP qui verra le jour en 2008 ou 2009.

5 commentaires:

chapot a dit…

C'est un classique chez nous, une des premières recettes que j'ai mise sur mon blog, bien réconfortant en ce moment
Bonne soirée

Nathalie a dit…

Les recettes de terroir sont sans doute les meilleurs qui soient ! Je connais la saucisse de Morteau ... j'ai habité le Jura durant mon enfance ... Bonne soirée

mounia a dit…

Les beaux esprits se rencontrent!
Rien ne vaut les bonnes idées du terroir!
bonne soirée!

Claire a dit…

Très bonne année Thierry, plein de bonnes choses pour cette nouvelle année!!!

Une recette que j'adore, surtout la morteau mais bon je vais un peu attendre avant d'en faire car les fêtes ont été plus que fatales lol

A très vite, Claire

savoureusesaveur a dit…

la morteau! la vraie! la seule! c'est trooooop bon et en version classique comme chez toi, elle a de quoi pousser le gourmandise dans ses derniers retranchements.
Biz et bonne journée à toi.

Pub

Electroménager

Annuaire de blogs http://www.boosterblog.com/?parrain=titcep